30/05/2006

Bohémienne au bout des mots

 
 
Bohémienne au bout des mots
Elle voyage sur les routes comme les mots sur les pages
Jamais elle ne s’arrête comme les vocables sans cesse en quête à la compréhension
Elle parcourt région par région pour évoluer dans un sens comme le terme sillonne de chapitre en chapitre
Elle est parfois rejetée par incompréhension comme ces expressions qu’on ne veut ou peut entendre
Elle prône la conception de la liberté comme cette sentence qui ne veut être couchée de peur que sa signification en soit changée
Elle vagabonde et pratique la mendicité pour trouver en vain cette compréhension tant attendue
Elle rejette les valeurs de l’ordre moral comme ces mots qu’on ne trouvera jamais dans un code
Elle danse agréablement des sarabandes comme ces écrits nés de la musique pour en faire une chanson
Elle prédit la bonne aventure, comme la poésie d’un roman
Elle est douée d’une double vue comme le mot au double sens
Elle sait lire les émotions et les préoccupations comme les paroles sont interprétés par qui sait les lire
Comme certains dictons, elle ne plaît pas à tout le monde
Elle représente une formule bizarre et incompréhensible pour certains n’employant pas le même langage
Elle condamne les lois divines et humaines comme les mots sataniques et interdits
Elle est, pour certain, un danger social, par sa franchise comme ces déclamations interdites
Elle se procure tout ce qui paraît un don de la nature, ce qui se trouve aisément, en plein air, tout ce qui, aux yeux des nomades, semble appartenir à tout le monde, comme la rhétorique s’accapare une âme pour se coucher
Elle est, aux yeux de certains, de cette beauté mystérieuse comme les rimes du poète qui tente à s’exprimer d’une manière détournée
Comme l’encre, son teint est basané.
Comme la courbe des mots, ses cheveux sont noirs, frisés et bouclés.
Comme un style, ses traits sont généralement très réguliers.
Comme la signification, sa tournure, en dépit de son air sauvage, a souvent un remarquable cachet d’élégance native.
Sa beauté, comme le palindrome est particulièrement redouté, car elle s’accompagne, chez une bohémienne, d’une perversion naturelle.
La couleur de l’encre, le noir symbolisant la couleur de l’esprit du mal, comme son œil noir suggère un pouvoir inquiétant et néfaste, étrange et farouche.
Comme dans l’atelier d’un imprimeur, elle existe sous plusieurs propriétés, violet, rouge et jaune, lequel est aussi la couleur du soufre, à l’odeur suffocante, capable de produire un acide fort, corrosif, élément chimique dont les connotations symboliques négatives rappellent le démon, l’enfer, qui sent le soufre.
Jaune comme la couleur de la bible, du mensonge, de la trahison et de l’hérésie, ou encore la couleur des juifs et des criminels, enfin celle de la jouissance.
En un mot, la couleur du désordre et de la transgression de la norme.
Vagabonde, sans aveu, qui erre et vague en compagnie des siens à travers le pays, d’un lieu à l’autre, ainsi que bon leur semble, sans que l’on sache d’où elle vient, fréquente les endroits publics des villes et des bourgs réservés aux hommes, devisant avec eux
Mystérieuse et évanescente, elle disparaît le lendemain, incapable de se fixer dans un lieu où il faudrait vivre conformément aux lois civiles…capricieuse mais pas fille de joie.

21:19 Écrit par Yvonne Kastou dans Essence, Esprit et Philosophie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Maintenant que ... ... j'ai pu voir tes yeux en réel... envie de suivre les moindres recoins sauvages d'une bohémienne telle que toi

Je t'envoie le baiser le plus tendre qu'il ne m'a jamais été permis de donner.

Écrit par : Ton chevalier aimant | 01/06/2006

gitan, maouche, ....et toi ....et moi mélange de cultures tolérance- accueil de l'autre même s'il est différent - ne pas juger sur les apparences mais prendre l'être humain en tant que tel car en lui sommeille souvent des qualités humaines insoupçonnées - merci pour ton beau texte plein d'humanité

Écrit par : robert le berbère | 29/06/2006

Les commentaires sont fermés.