07/04/2007

Impulsion

Je vis dans la passion,
La passion de ce qui m'enflamme.
J'aimais, j'aime et j'aimerai.

Toujours cette passion brûlante et douloureuse de la découverte, de l'inconnu.
Mes doigts se contractent à en faire blanchir mes articulations.
Mes mâchoires me font mal à force de serrer les dents.
Avoir les entrailles qui se resserrent,
Misanthrope, enfermée dans mon cocon de romantisme baudelairien.
Être une enfant encore passionnée et enflammée pour tout ce qui touche à l'utopie.

J'écris, j'écris, à m'en faire mal, à en pleurer de fatigue.
Aimer à en souffrir, aimer si fort.
Mon cœur s'emballe.
Je crois à présent que je ne suis pas normale,
Je porte le Che dans la poitrine,
Je ne serai qu'une oreille qui écoute ton cœur battre,
Un œil attentif à ton plaisir,
Une bouche qui murmure,
Un nez qui explore chaque parcelle de ton corps.
Je disparais du monde des vivants.

Rien ne vaut plus la peine d'être vécu que cela.
Le temps des merveilleuses escapades et de la passion qui empêche de dormir.
L'orage qui balaie les erreurs du passé pour ne laisser que la certitude de tout savoir sur l'amour.
Et jurer sous tous les cieux qu'on ne tombera plus sous son emprise.
Jusqu'à ce qu'un simple regard fasse baisser le mien.

Où es tu ?

L’Amour, c’est surtout d’être vrai.
Alors pourquoi me demande-t-on de calmer mes ardeurs ?
La lune qui quitte son éclipse pour donner naissance à un faisceau de lumière,
J'espère que tu garderas toujours un beau souvenir de moi.
Que tu auras toujours du respect pour ce que je suis et ce que j'ai été.
Qu'il y aura toujours une petite place de moi,
Cette petite flamme au fond du coeur.

J'écris sans cesse dans ma tête, bien plus que sur papier.
Je suis parfois ridée sans être pour autant vieille.
A cause de papa, à cause maman, de mes frères, de mes amis, de mes amants, de mes patrons,
A cause de mes échecs, de leurs abandons, de mes frustrations, de ma sexualité, de mes joies, de mes différences, de mes rêves,
A cause de toute cette réalité dont je ne veux pas, qui se refuse à moi,
A cause de ces choix que j’aimerais faire,
De cette vie que je voudrais apprendre.
D’aimer, de m’aimer.
De faire de ce patrimoine que la nature ma donné une chance, pas une faiblesse.
De voir autrement qu’avec les yeux de papa et de parler autrement qu’avec la bouche de maman, de S... et de S...., ou encore de B...

Je voudrais juste, s’il vous plait, vivre un peu, beaucoup,
passionnément, intensément et goulument.
Réussir est normal, rater aussi.
La vie est une vague, avec ses bas, avec ses hauts.
La réussite et l’échec ne sont que deux menteurs.
J’aimerais que l’on me dise je t’aime.
J’aimerais que l’on me téléphone le soir.
J’aimerais que l’on pense à moi.
Tu imagines à quel point,
Tu imagines le bonheur que tu dois ressentir lorsque tu te lèves le matin auprès de quelqu’un,
Et que tu le serres ?

Oui j'ai tous les symptômes de la passionnée,
Il me faut tout et tout de suite.
Et alors ?
Parler de tout, parler de rien.
Avoir une complicité comme si l'histoire datait de loin.
Une histoire d’amour doit donc commencer comme cela,
Avec de la tendresse, de l’écoute, des rires, et de la simplicité surtout.
J’attends une grande histoire, j’attends celui qui…
Mais cela je ne le dirai pas, pas encore.

Je ne t’ai jamais dit je t’aime,
Je l’ai pensé très fort.
Et sans doute que je ne te le dirai jamais.
On dit qu'un Amour pousse toujours un autre pour prendre sa place.
Et bien non, pas dans mon cas car tu seras toujours là.
L'autre sans doute t'atténuera mais jamais ne t'effacera.
Au nord, au sud.
A l’est, à l’ouest.
En ville, dans les jardins.
En hiver, en été.
Dans les larmes, dans les rires,
Dans la nuit, dans le jour.
Dans toutes les odeurs,
Dans toutes les saveurs,
L’Amour, partout.
L’Amour avec amour,
Entre douceur et tendresse,
L'Amour sans cesse.
Sans le savoir, sans le vouloir, tu m'as fait mal, énormément de mal.
Je voudrais te crier la rage que je ressens partout en moi,
Du bout de mes cheveux jusqu’à mes doigts de pied.
L’Amour est la plus grande des injustices et je fais fi des lois sociales.

Vivre l’intensité,
La vie,
La force,
La tendresse,
La force de la tendresse.
Comment ne pas vivre autrement.
L'amour, c'est comme le lac des cygnes de Tchaikowsky,
Force, caresse, tendresse, morsures.
Ca fait du mal, ça fait du bien.
Le rythme, la pression, l’intensité.
Les doigts qui serrent à sang, qui se relâchent.
Le souffle. La profondeur.
L'amour est comme un art, comme l’écriture,
La musique ou la peinture,
Il doit être vivant.

10:44 Écrit par Yvonne Kastou dans Amour et Sentiments | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Te lire cette fois... ... me bloque dans mon humour taquin habituel.
Paroles intenses et vibrantes.
C'est qui ce con à qui tu parles ? Mérite-t-il un amour si passionnel ?

Écrit par : Ton prince charmant | 07/04/2007

beau texte... c'est magnifiquement écrit...c'est touchant parce que c'est écrit avec le coeur. Je me reconnais aussi quand tu dis "j'écris dans ma tête", c'est ce qui m'arrive tout le temps, puis je les couche sur papier, pour ne pas les oublier. L'amour passion, c'est une rage de vivre intensément de tout son etre, surtout si on en connait le valeur.

Écrit par : de passage, | 07/04/2007

qu'est ce qu'on a envie d'être celui-là!!!!!!!!! le coeur pleure d'émotion en te suivant ligne après ligne....dans mon for intérieur des milliers de mots "ferveur" se bousculent aussi et rejoignent ton âme pour partager cette lumière qui jaillit de toi! et au détour d'une étoile qui brille au dessus de toi surgira celui qui est sur terre pour toi!

Écrit par : John Wayne | 09/04/2007

jolis textes! je suis redescendue dans ce que je n'avais pas lu. J'aime ce que tu écris.
Je te souhaite une bonne semaine. amicalement, à bientôt?

Écrit par : mimi | 10/04/2007

le texte est vibrant.... et se termine par une superbe évidence !
Tu me parles de musique de fond ...je ne vois pas; peut être que j'ai aimé une musique de ton blog. A bientôt.

Écrit par : mariwi | 11/04/2007

criant de vérité... En vous lisant ...je me retrouve...
Aimer il n'y a que cela de vrai...
Aimer à tout casser!
Amicalement

DomAry

http://www.antre-lyre.com
rubrique "esquisses" "domary"

Écrit par : DomAry | 11/04/2007

Chère Madame,

je vous remercie de votre passage sur ma page où vous avez eu la gentillesse de déposer un commentaire sur mon texte illustré par une de mes photos "Portée Musicale" cependant je pense qu'il y a peut être un quiproquo vous l'avez intitulé "Chère Marie"...personnellement je suis DomAry une autre ;) bien sûr Marie est une amie, je vous remercie de me confirmer que votre commentaire m'est bien destiné afin que je le valide.
Amicalement
DomAry

Écrit par : DomAry | 11/04/2007

Les commentaires sont fermés.