12/05/2007

Pénitence

 
A la folie des chemins, 
Le coeur en l'air,
J'ai croisé des fougues surmontées de joyaux,
J'ai couru à l'ivresse l'espace d'un moment,
Elle s'est emparée de mon oeil,
Et touché les goutelettes suées en dedans.
J'ai bu la vie de tous mes yeux,
Quand je me fus aveugle.
Depuis je suis bénie en hérétique,
Toi perdu en dedans vers je ne sais où,
Toi jusqu'au coeur,
Toi l'Adam aux cils ouverts sur les entrailles,
Ecoute ma main t'effleurer de finesse,
Et ouvre tes mille ans à l'essai,
Je spectrerai de douceur tes pourquois usés.

18:45 Écrit par Yvonne Kastou dans Amour et Sentiments | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

oh oui spectre-moi, spectre-moi, ouiiiii.

Écrit par : Ton Prince Charmant | 16/05/2007

Bah alors ?... :o/ Mince !... ça je n'aime pas... des mots pour "sonner beau" :
- "J'ai bu la vie de tous mes yeux" : tu en as combien ?
- "Quand je me fus aveugle" : pourquoi ce "me" ?
- "Je spectrerai de douceur " : non, décidément ça, c'est du pipeau. Le verbe spectrer n'existe pas et je trouve dommage que tu t'abaisses à ce genre d'exercice de style pour poétesses à un euros.
La langue française est belle telle qu'elle est, riche en vocabulaire, en nuances, en subtilité... Les Grands des mots la respectent dans sa simplicité et savent en faire des merveilles d'émotion franche et spontanée.
S'il te plait, ne tombe pas dans le panneau de la facilité !!!

Écrit par : Cygne | 08/06/2007

Les commentaires sont fermés.