13/05/2007

Rhapsodie en sable mineur et lux aeternam

 

Accordez-moi un temps,
Le temps nécessaire pour vous emmener avec moi
dans une des plus belles pages que je connaisse.

Elle est le début et la fin.
Naître pour mourir.
Traverser la tragédie de notre mort programmée,
Ne pas renoncer mais vivre pour croire et espérer.

Ni tristesse, ni morbide.
Au contraire.
Bien au contraire ...
La beauté dans ce qu’elle a de plus absolu,
La passion dans ce qu’elle a de plus définitif,
L’amour dans ce qu’il a de plus harmonieux.
Notre existence est un monde à la fois de proses et de poésies.
La prose ...
Toutes les choses que l’on trouve ennuyeuses et pratiques.
La poésie, ou la musique ...
Ce qui nous met dans un état de grâce et de ravissement.

Et en nous, toujours deux personnages.
L’un, caché, secret,
Avide de passion
Et d’exaltation.
À l’image de l’enfant que nous fûmes aux tous premiers temps de notre vie.

L’autre,
Celui qui s’est frotté aux exigences de la réalité,
Celui qui a renoncé à la démesure de ses désirs pour acquérir une place.

Dans le conflit qui nous oppose à nous-même,
De tous les arts,
La musique est celui qui nous ramène enfin aux rêves de cet enfant que nous avons été et que nous aimerions tant être resté.

Alors, accordez-moi un temps,

Ecoutez la musique autrement.

Je ne suis qu'une aléa

Pacem aeternam

20:45 Écrit par Yvonne Kastou dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Pour ma part... J'ai choisi Aranjuez bien que j'aime aussiEmma Shapplin mais c'est pour les souvenirs que celà m'évoque. Alors merci pour ce moment de grâce. Bisous Yvonne, bonne semaine.

Écrit par : mimi | 14/05/2007

Tout, tout, tout... mon temps.... mais c'est à quelle heure ?

Écrit par : Ton Prince Charmant | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.