11/08/2007

Jouis-Sens

Je musarde au hasard,
Sans craindre de m’égarer.
Un voyage étrange et crédule,
Un égarement malicieux et enchanté,
Une randonnée pensive ou frivole.

Je laisse mes pas courtiser à leurs grés,
Une forêt, un ruisseau, un arbre.
J’écoute, je flaire, j’accueille et m’abandonne,
Je respire le frémissement,
Et entre délicatement dans l’authenticité de l’esprit.

Dans une extrême lenteur,
Je puise dans mes ressources l’expression profonde de mon lien au Soi.
Je goûte au parfum,
Émanations de ce voyage vers les chroniques de l’âme.

Sur l’arc-en-ciel de l’extase,
Je vibre à l’unisson,
Je suis une et multiple,
J’ai le cœur qui oscille, palpite, et vibre.

Le sang qui brûle,
Et des rêves plein la tête,
A l’intérieur de moi fusionnent énergie et fragilité,
Et j’hume l’air du temps.

Une totale disponibilité de mes sens,
Corps, cœur et esprit,
Je me laisse traverser, envahir pas les émotions.
Je pleure, je danse et je ris.

Le flux et le reflux de mon énergie.
L’échange entre le dedans et le dehors.
Mon biorythme est capricieux
Et m’invite à l’égarement.

Je m’autorise quelques extravagances.
Je suis qui je suis dans mon originale diversité.
Incubation, accroissement et force,
Dissolution, mort et renaissance d’un cycle.

17:45 Écrit par Yvonne Kastou dans Essence, Esprit et Philosophie | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Heureux de découvrir ton blog et de l'intérêt que tu portes au mien.

En ce qui concerne l'énigme n° 37, je dois t'accorder la bonne réponse malgré que le mot à trouver n'est pas celui que j'attendais.

En effet, pour moi (qui suis de la vieille école) plyglotte est féminin. Voici mes références :

D'après l'Académie on dit : cet homme est UNE polyglotte ; cela veut dire : cet homme est comme une Bible polyglotte. Mais l'usage a changé : on dit cet homme est polyglotte, est un polyglotte ; ce qui est plus simple et plus clair.

Je repasserai te voir quand je serai un peu plus en forme.

Amicalement,

Écrit par : Rafaël | 11/08/2007

... S'égarer pour mieux se retrouver, ou pour se palper l'âme avec un autre doigté, et s'ouvrir au tout petit comme à l'immensité, guidé par l'intuition des sens abandonnés...

Écrit par : Edouard | 12/08/2007

bonjour Yvonne! J'ai lu tes derniers textes, il y a un moment que je ne passe plus par là. Trés bons comme toujours! j'ai été trés prise dernièrement par mon déménagement mais çà y est c'est fait. J'espère que ce nouveau cadre sera pour moi source d'inspiration, une source qui me semble un peu tarie actuellement!
amicalement. A trés bientôt!

Écrit par : mimi | 12/08/2007

voyage intérieur Bonjour, je scrutais les prochains articles et me voilà 'comblée'...

Les voyages intérieurs ne sont ils pas les plus beaux ? Les plus importants ? Ceux qui nous emmènent dasn nos entrailles afin de voir nos charmantes failles...
Très bien écrit...

Écrit par : CIndi | 13/08/2007

Superbe Comme tu vois, je suis venu, j'ai lu.
Superbe poésie, superbe sensibilité.
Un grand talent, beaucoup d'émotions.
Tu flirte avec les mots et c'est un délice.
Merci !

Écrit par : Sartre | 14/08/2007

J'ai rêvé les mêmes sensations mais je pense qu'on ne parlait pas de la même chose. noooon, pas la claque !!!

Écrit par : Ton Prince Charmant | 15/08/2007

Les commentaires sont fermés.